Secteur pastoral Choisy – Thiais

Vers le Carême

Il n’y a pas d’autres chemins que celui de la rencontre… A mes yeux, la fraternité réelle ne peut se vivre qu’à 2 conditions :

La première : développer une conscience du rapport entre mon individualité (et donc de mon être… Je suis unique, responsable, capable d’agir et de décider, et donc libre !) et ma relation avec autrui… Sans les autres, je ne suis pas moi-même, je ne peux pas être moi-même… l’homme, comme individu ne peut exister qu’en être de relation…

Dans notre tradition religieuse biblique, c’est Dieu qui fonde cette perspective UNIQUE, mais possible que dans la relation avec l’autre et Dieu lui-même. Jésus, fondement de la fraternité se résume dans ce verset biblique

« Aime Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et ton prochain comme toi-même ».

2ème condition : cette fraternité donnée au départ et à tous est à construire. Sans renoncement à son égo, à l‘attrait de la toute puissance, à ses intérêts exclusivement individuels, ethniques et culturels, sans ouverture de son cœur et de son esprit pour vivre avec d’autres et grâce aux autres, elle sera virtuelle et non réelle. C’est un appel à une conversion à l’Ultime plus grand que soi-même.

Au nom de notre foi, apprenons l’ «estime de l’autre », ouvrons son cœur, son esprit et son intelligence à la différence.

Père Michel JOURDAIN

Extraits de mon allocution lors des vœux du maire aux responsables des différentes religions le mardi 30 janvier 2018